AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Derrière le gros chène

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dame Gordula

avatar

Messages : 1
Date d'inscription : 18/01/2010

MessageSujet: Derrière le gros chène   Lun 18 Jan - 22:18

"Un objet rarissime qu'il a dit. Il a dit que je pouvais le trouver dedans la forêt. Derrière le gros chène y'aura un caillou et là c'est à droite, je marche jusqu'à la clairière, et pis au milieu une grotte qu'il a dit. Et devant la grotte y'aura encore des cailloux, si je soulève le bon, j'ai l'objet rarissime, si je soulève le mauvais, j'me fais bouffer par la maman des tits gobelins, qu'il a dit."

Dame Gordula cherchait depuis un moment le gros chène avec le caillou derrière dans la forêt. Elle se répétait sans cesse les instructions de Jeetho pour être sûre de ne pas oublier.

"Un objet, une racine qu'il a dit. Il a dit que trouverais deux dents de furet. Derrière une grosse chaîne y'aura un caillou et je dois lacer adroitement mes chausses. Je marche jusqu'à la claire rivière et pis un mile 'core, y'a des crottes qu'il a dit. Et avec les crottes, y'aura encore des cailloux, si ça sent bon, je ramasse la racine, si ça sent mauvais, je me fais à bouffer comme maman dans les tits gobelets qu'il a dit. Si ça s'trouve on aura piqué les gobelets..."

Un petit animal qu'elle avait surpris en marchant couru se réfugier alors dans un buisson. Animal... Furet... Elle était sur le bon chemin ! Elle se mis en quête alors de suivre l'animal jusqu'à sa tanière pour lui arracher ses dents. Guidée par les ondulations des herbes hautes, jupe remontée et massue à la main, elle courait après le pauvre animal se demandant encore comment elle allait éviter de broyer ses dents, ça semblait compliqué.
Ca y est le terrier. Etait-ce bien un furet ? Peu importe, il était dans les fourrés, c'était bien ça qu'il avait dit ? "les deux dents de l'animal du fourré" Oui c'était ça. Suivant un éclair de génie, la gentille mamie lacha sa massue et saisit sa hâche de bucheronne. Décapité. Les dents était intactes ! Elle ramassa les deux dents du lapin et réfléchit à voix haute.

"Un crochet... Qu'est-ce que je dois faire avec déjà ? Ca a un rapport avec un caillou. Est-ce que j'ai un crochet ? Je vais en fabriquer en taillant les dents avec le caillou bien sûr ! Je dois le faire assez adroitement mais grossier, si je me souviens bien. Ensuite je marche, c'est la clé vieille, non c'est lui qui m'a appelé vieille, j'ai la clé et le pain d'écorce, je dois me décrotter qu'il a dit. Y'aura des cailloux, encore, ça sentira fort et je dois cuisiner des racines dans des gobelets."

Alors qu'elle faisait sauter des petits éclats d'émail sur le sol grâce à son caillou, que les dents de lapins prenaient, très lentement, la forme de crochet, la nuit tombait sur la forêt, et la faim commençait à harceler le ventre de la vieille dame. Ses gargouillements étaient si forts qu'ils faisaient trembler sa main ! Elle décida finalement qu'il était temps d'être raisonnable et de remettre son travail au lendemain, elle n'avait que deux dents à tailler, elle ne voulait pas prendre le risque de les gâcher.
Elle alluma un feu, fit cuire au dessus la chair tendre du lapin ainsi que chauffer de l'eau pour sa tisane au plantes un peu magiques de Dame Roberte qui lui permettait chaque jour de rajeunir et devenir plus forte.

[...]

Un bruit dans la nuit la réveilla. Non plusieurs bruits. Quelqu'un avait trébuché sur elle et jurait en lui foutant des coups de pieds. Au cas où, elle préféra imiter le cri d'un animal pour ne pas se faire tuer. C'est grâce à son habilité pour se camoufler et son sens de la fuite au bon moment qu'elle avait survécu tant d'années après tout.

"Miaouaf !
- Roooiiiirrrrrkkkk... CHPEUH ! Vieille bouseuse !"

Elle sentit le glaviot couler le long de son front jusqu'à son oreille, et les coups de pieds lui ayant retourné le ventre, elle se vomit un peu dessus, mais elle n'avait pas le temps de se nettoyer, sa mission prenait une autre tournure. Comme Jeetho l'avais dit, on l'appellerait vieille quand y'aurait plein d'écorce, et au milieu de la forêt il y avait plein d'écorce.

"Discrêtement qu'il a dit. Derrière les cailloux même si j'ai des cors. Je dois me sentir forte, je dois suivre, pister des rats si une dent je-sais-plus-quoi dégobiller qu'il a dit."

TOUT DEVENAIT CLAIR. En fait les rats c'était une image pour quelqu'un qui agressait une personne dans son sommeil, ce qui était le cas, en plus elle avait bien dégobillé. Elle suivit donc le plus discrêtement possible l'inconnu, se cachant comme elle pouvait derrière les cailloux, et c'est ainsi qu'au petit jour elle parvint au campement du souffle d'Eolia qui s'éveillait doucement. Sentant qu'elle ne pourrait plus rester discrête longtemps si les cailloux ne grandissaient pas, elle pris la grave décision de transgresser les instructions qu'elle avait reçu et de se cacher autrement en rampant sous une charette de provisions qui venait d'arriver par la route et de s'arrêter devant une bicoque en bois.



*****


Edit : ¤ ¤ ¤ Clique ici pour sauver une mamie ¤ ¤ ¤
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://melwenrp.canalblog.com/
tigrrr
l'ami du laitier
avatar

Messages : 4013
Date d'inscription : 08/08/2008
Age : 40

MessageSujet: Re: Derrière le gros chène   Mar 19 Jan - 2:26

Tiens tiens tiens.???

Comme à mon habitude, aprés mon petit bol de lait matinal, je me rendait au poste de garde pour vérifier que la sentinelle en poste dormait bien. En échange de mon silence sur son sommeil vigilent, je lui extorquerais facilement un peu de tabac, histoire de bourrer ma pipe avec cette chique que les hommes de gardes appelent encore tabac.

Le brave bouvier qui nous livrait des vivres quand il en avait le temps, arrivait devant l'enceinte.

Essayant avec grand peine d'allumer ma pipe, je ne distinguait pas la forme qui évoluait sous la charette. Ce maudit tabac était aussi humide qu'une mousse spongieuse gorgée de rosée. Le comportement de ce que j'avais prit pour le chien du bouvier me paraissait fort étrange. Non pas que je fusse un spécialiste du comportement animal.. mais ça démarche ne correspondait en rien de ce que j'avais pu voir d'une démarche canine. Surement était ce un vieux chien de berger usée par le temps.... Je n'y prêtais plus guère attention. Voilà que mon briquet à méches n'avait plus de pierre à silex.

Maudit soit le tabac
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vayu

avatar

Messages : 258
Date d'inscription : 09/10/2009

MessageSujet: Re: Derrière le gros chène   Ven 22 Jan - 10:31

Aum aum aum…

Comme à mon habitude, après mon bol de riz matinal, je me rendais à la fenêtre de ma chambre pour remercier le soleil, prière de quelques minutes,peut-être plutôt excuse légère pour penser à d’autres lieux.

Des bruits à l’entrée, de la visite on dirait. Je me penche, lieutenant jurant, garde somnolant… Et, joie, le bouvier. Il m’aura fallut une minute sûrement moins pour les rejoindre, les dépasser en cavalant vers la charrette, jetant au passage à l’adresse du vacher :

« Are Govin ! Tu pourrais pas te débrouiller pour venir nous voir un peu plus souvent non? ‘te voit presque jamais ici..»

Ma course m’empêcha d’entendre le concerné maugréer, le regard teinté d’inquiétude dans ma direction avant de se tourner vers Tigrrr en quête d’un quelconque soutien, en vain à en juger par la concentration de ce dernier sur sa pipe. Il avait déjà gagné une bataille en obtenant des gradés qu’ils m’interdisent de peindre sur son bétail, ainsi que de les décorer de colliers de fleurs… Soi disant que ça les stressait, ses vaches. Mais moi je dis, que s’il était vraiment si soucieux de leur bien-être, il arrêterait de les rosser pour presque rien, de les injurier, sans parler de là où elle finirait quand il ne voudra plus d’elles, ses vaches… Mes déesses. Je me voyais déjà me plonger avec allégresse dans leurs énormes yeux globuleux, les regarder avec émotion mâchonner quelques touffes, leur dire des mots d’amour, leur réciter des poèmes, les caresser, les cajoler...Lorsqu’une odeur relativement désagréable m’agressa les narines.

Hé, ça pue là..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Derrière le gros chène   

Revenir en haut Aller en bas
 
Derrière le gros chène
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Derrière le gros chène
» noeuds derrière les oreilles
» poule à l'arrière train qui touche par terre, coq trop gros ? possible ou pas?
» Louloute, Gros derrière.
» volt mon gros nounours

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: LES PORTES DU VILLAGE :: Visiteurs, suivez les flèches !-
Sauter vers: